UP Pollution Control Board c. M/S Mohan Meakins Ltd. (2000.03.27)

Pollution, Eau

Conseil de contrôle de la pollution UP

v.

M/S Mohan Meakins Ltd. et autres

Pétition de congé spécial (Crl.) 3978 de 1999

27.03.2000 jj.

KT Thomas et MB Shah JJ.

Jugement:

La rivière « Gomti » est un affluent du Gange. C'est un fléau que presque toutes les rivières de l'Inde soient désormais saturées de polluants et le fleuve sacré n'est pas épargné par cette maladie. Ce qui inquiète le plus ceux à qui les rivières déversaient des eaux sanctifiées et ceux à qui les rivières fournissaient de l’eau potable, c’est l’effrayant galop du niveau de pollution au cours des dernières décennies. Les mesures élaborées par le Parlement pour contrôler l'empoisonnement croissant de nos cours d'eau n'ont pas donné les résultats escomptés pour diverses raisons. Il s'agit ici d'un cas dans lequel les effluents commerciaux rejetés par une unité industrielle d'une grande entreprise de transformation d'alcool ont rendu l'eau de Gomti encore plus polluée à des niveaux inadmissibles. Ainsi, le Conseil national de contrôle de la pollution (le Conseil en abrégé) a lancé une procédure pour poursuivre M/s Mohan Meakins Limited et ses administrateurs en 1983. Hélas, le canoë reste lui-même au point de départ malgré un long laps de dix-sept ans. jusqu'à maintenant.

Bien que le tribunal de première instance ait engagé une procédure contre les accusés en première instance, ils ont souhaité que le tribunal de première instance les relaxe sans même comparaître pour la première fois devant le tribunal. Leur tentative ayant échoué, ils ont demandé à être dispensés de comparaître devant le tribunal. Entre-temps, le juge des sessions, Lucknow (Shri Prahlad Narain) a accueilli une révision proposée par l'accusé contre la procédure de délivrance de l'ordonnance et l'a annulée au motif erroné que le magistrat n'avait pas émis « un ordre de parole » pour délivrer une telle convocation. .

Le magistrat judiciaire en chef (auprès duquel la plainte a été déposée) a ensuite rendu une ordonnance détaillée le 25 avril 1984 et a de nouveau lancé une procédure à l'encontre de l'accusé. Cette ordonnance a de nouveau été contestée par l'accusé en révision devant le tribunal des sessions et le même juge des sessions (Shri Prahlad Narain) l'a de nouveau annulée par ordonnance du 25.8.1984.
La Commission a demandé à la Haute Cour de réviser ladite ordonnance. Bien que la requête ait été déposée en 1984, il a fallu quinze ans à la Haute Cour pour rejeter cette demande de révision conformément à l'ordonnance rendue par un savant juge unique le 27 juillet 1999. La demande d'autorisation spéciale d'appel est déposée en contestation de ladite ordonnance. Congé spécial accordé.
Nous pouvons souligner d'emblée que le juge des Sessions a eu tort d'annuler le processus au premier tour simplement au motif que le magistrat judiciaire en chef n'avait pas donné d'ordre de parole. En fait, il a été soutenu devant le juge des Sessions, au nom de la Commission, qu'il n'y a aucune obligation légale dans l'article 204 du Code de procédure pénale (en abrégé le « Code ») d'enregistrer les raisons de la procédure de délivrance. Mais cette affirmation a été rejetée dans les termes suivants : « Mon attention a été attirée sur l'article 204 du Code de procédure pénale et il a été avancé qu'il n'était pas nécessaire de donner de raisons pour convoquer un accusé. Je pense qu'en vertu de l'article 204 susmentionné, un magistrat doit se forger une opinion selon laquelle il y avait des motifs suffisants pour procéder et, si une opinion devait être formée judiciairement, la seule façon de le faire est de découvrir les raisons expresses pour arriver aux conclusions. . Dans l’ordonnance attaquée, le savant magistrat n’a donné aucune raison et ne s’est même pas forgé une opinion quant à l’existence de motifs suffisants pour ne pas poursuivre l’affaire.

Dans une décision récente de la Cour suprême, il a été souligné que le législateur a souligné la nécessité de consigner les motifs dans certaines situations, comme le rejet d'une plainte sans procédure préalable. Aucune obligation légale de ce type n'est imposée à un magistrat pour qu'il rende une ordonnance détaillée lors de la délivrance d'une convocation dans le cadre de l'affaire Kanti Bhadra Shah c.
État du Bengale occidental [2000(1) CSC 722]. Le passage suivant sera pertinent dans ce contexte : « S’il n’existe aucune obligation légale selon laquelle le tribunal de première instance doit rédiger une ordonnance indiquant les raisons de la formulation d’une accusation, pourquoi les tribunaux de première instance, déjà surchargés, devraient-ils être encore plus chargés d’un tel travail supplémentaire. Le moment est venu d'adopter toutes les mesures possibles pour accélérer les procédures judiciaires et d'élaborer des mesures permettant d'éviter tous les obstacles provoquant des retards évitables. Si un magistrat devait rédiger des ordonnances détaillées à différentes étapes, la progression lente des procédures devant les tribunaux de première instance serait encore plus ralentie. Nous tombons sur des ordonnances interlocutoires de magistrats et de juges d'audience qui s'étalent sur plusieurs pages.

Nous pouvons apprécier si une ordonnance aussi détaillée a été adoptée pour culminer la procédure devant eux. Mais il est tout à fait inutile de rédiger des ordonnances détaillées à d’autres étapes, telles que l’émission du processus, le placement en détention de l’accusé, la formulation des accusations, le passage aux étapes suivantes du procès.

(C'est nous qui soulignons)

Il est regrettable que le juge des Sessions lui-même n'ait pas examiné la plainte à ce stade pour se forger sa propre opinion sur la question de savoir si une procédure aurait pu être engagée par le magistrat judiciaire en chef sur la base des affirmations contenues dans la plainte. Au lieu de cela, le juge des audiences a relégué le travail au magistrat du fond pour qu'il refasse l'exercice. Après que le magistrat judiciaire en chef ait adopté le processus de délivrance de la deuxième ordonnance, le juge des Sessions a également annulé ladite ordonnance à la deuxième occasion et a déclaré ainsi : « Après avoir examiné l'éventail des accusés dans cette plainte, j'ai estimé que, puisqu'aucun rôle spécifique n'a été joué dans le déroulement de cette plainte. des effluents pollués dans la rivière Gomti a été attribuée à l'un des présents requérants nos 2 à 11, la loi énoncée dans l'affaire Delhi Municipal Corporation mentionnée ci-dessus exige que l'ordonnance attaquée convoquant les présents requérants nos 2 à 11 doit être annulé.

Le juge érudit des Sessions s'est appuyé sur la décision de ce tribunal dans l'affaire Municipal Corporation of Delhi c. Ram Kishan Rohtagi [1983 (1) SCC 1]. Bien qu'une tentative ait été faite devant le juge des Sessions pour compenser l'impact de ladite décision en citant une décision ultérieure de cette Cour dans l'affaire Municipal Corporation of Delhi c. Purshotam Dass Jhunjunwala [AIR 1983 (1) SCC 9], cela n'a pas dissuadé les Sessions. juge d'annuler l'ordonnance prononcée par le magistrat délivrant une deuxième citation. Le savant juge unique de la Haute Cour qui a entendu la révision a confirmé ladite ordonnance conformément au jugement attaqué dans lequel il est indiqué, entre autres, ainsi

« Dans le cas présent, le révisionniste n'a pas été en mesure de démontrer que les administrateurs (parties adverses nos 5 à 13) étaient chargés ou responsables envers la société de la conduite des affaires de la société. Aucun effort n’a été fait lors de l’audience devant cette Cour pour démontrer que de telles allégations étaient contenues dans la plainte déposée par le révisionniste.
Dans Corporation municipale de Delhi contre Ram Kishan Rohtagi & ors. {1983 (1) CSC 1} cité par le juge des Sessions, et que les savants avocats des intimés ont également cherché à invoquer ici, un banc de deux juges de cette Cour a examiné la validité des procédures de poursuite engagées en vertu de la prévention de la falsification des aliments. Acte. La Haute Cour de Delhi avait annulé la plainte déposée par la municipalité de Delhi contre une société et son directeur ainsi que les administrateurs, contre lesquels était alléguée l'infraction à l'article 7 lu avec l'article 16 de la loi FPA.

Concernant la situation factuelle, la Cour a remarqué que « en ce qui concerne les directeurs, il n'y a même pas le moindre murmure, ni l'ombre d'une preuve, ni rien qui démontre, hormis la présomption tirée par le plaignant, qu'il y a un acte commis par le Administrateurs dont on peut raisonnablement déduire qu’ils pourraient également être responsables du fait d’autrui. Ce n'est que sur la base de ces faits que la plainte contre les administrateurs a été annulée. Dans l’affaire Municipal Corporation of Delhi c. Purshottam Dass (supra), la même formation composée de deux juges a souligné la position factuelle différente selon laquelle « une déclaration claire a été faite concernant le rôle actif joué par les intimés (les directeurs de la société) de la société. l’étendue de leur responsabilité », et le tribunal a donc refusé d’annuler la plainte.

Aucune des décisions ci-dessus n'a établi une position juridique qui puisse être utile aux défendeurs dans la présente affaire pour soutenir que les administrateurs ne peuvent être poursuivis pour l'infraction alléguée. Dans la plainte déposée par l'appelant devant le magistrat judiciaire en chef, la société (M/s. Mohan Meakins Ltd.) a été désignée comme premier accusé et les autres personnes classées comme accusés 2 à 10 ont été décrites comme les directeurs de l'entreprise. dite société. La onzième personne désignée dans la plainte comme accusée est décrite comme le gérant de la société. Les déclarations contenues dans la plainte montrent que l'unité de distillerie de l'entreprise à Daltonganj, Lucknow, a rejeté des effluents commerciaux nocifs dans la rivière Gomti et provoqué une pollution continue de la rivière. Il est en outre affirmé dans la plainte que le 19 septembre 1982, des échantillons d'effluents commerciaux ont été prélevés par les agents habilités à cet effet, du drain "juste à l'extérieur de l'usine, à l'intérieur de l'usine", et de l'installation d'irrigation d'où les effluents étaient pompés dans la rivière. Lorsque les échantillons ont été analysés au Centre de recherche en toxicologie industrielle de Lucknow, il a été révélé que la qualité des effluents dépassait les normes fixées à cet effet. Par conséquent, il est allégué que l'entreprise a violé l'article 24 de la loi et qu'elle est donc coupable de l'infraction prévue à l'article 43 de la loi.

Lorsqu'une infraction à la loi a été commise par une entreprise, toute personne qui était en charge et responsable envers l'entreprise de la conduite des affaires de l'entreprise est également rendue coupable de l'infraction par la création statutaire. Tout administrateur, gérant ou autre dirigeant de la société, qui a consenti ou connexe à la commission de ladite infraction, est tenu responsable de la sanction de l'infraction. Cela ressort clairement de l’article 47 de la loi.
« 47. Infractions commises par des entreprises.- Lorsqu'une infraction à la présente loi a été commise par une entreprise, toute personne qui, au moment où l'infraction a été commise, était responsable et responsable envers l'entreprise de la conduite des affaires de l'entreprise, ainsi que en tant que société, sera considérée comme coupable de l'infraction et sera susceptible d'être poursuivie et punie en conséquence, à condition que rien dans le présent sous-section ne rende une telle personne passible d'une sanction prévue dans la présente loi si elle prouve que l'infraction a été commise à son insu ou qu'il a exercé toutes les diligences nécessaires pour empêcher la perpétration d'une telle infraction.

(2) Nonobstant toute disposition du paragraphe (1), lorsqu'une infraction à la présente loi a été commise par une entreprise et qu'il est prouvé que l'infraction a été commise avec le consentement ou la connivence de ou est imputable à une négligence de la part de de la part de tout administrateur, gérant, secrétaire ou autre dirigeant de la société, cet administrateur, gérant, secrétaire ou autre dirigeant sera également considéré comme coupable de cette infraction et sera susceptible d'être poursuivi et puni en conséquence.

Dans le contexte ci-dessus, il convient d'examiner au cours de la phase de délivrance de la plainte s'il y a des allégations dans la plainte par lesquelles les dirigeants ou les administrateurs de la société peuvent également être poursuivis, lorsque la société est accusée d'être coupable de l'infraction. . Le paragraphe 12 de la plainte se lit ainsi : « Que les accusés de 2 à 11 ans sont directeurs/gérants/associés de M/s. La distillerie Mohan Meakins, Daliganj, Lucknow, comme mentionné dans cette plainte, est responsable de la construction des ouvrages et de l'usine appropriés pour le traitement de leurs effluents commerciaux hautement polluants afin de se conformer aux normes établies par l'Office. Les accusés susmentionnés évitent délibérément de respecter les dispositions des articles 24 et 26 de la loi susmentionnée qui sont punies respectivement en vertu des articles 43 et 44 de la loi susmentionnée, pour lesquelles non seulement la société mais ses administrateurs, gérants, secrétaire et tous les autres responsables les dirigeants de la société accusée, responsables de la conduite de ses affaires, sont également responsables conformément aux dispositions de l’article 47 de la loi.

Le requérant a en outre déclaré au paragraphe 23 de la plainte que "le président, les directeurs généraux et les administrateurs de la société sont les personnes responsables de l'acte et sont donc passibles de poursuites conformément à la loi".

Shri P. Chidambaram, éminent avocat principal qui a défendu les défendeurs, a lancé un fervent appel pour sauver les directeurs de la société au motif d'un long délai écoulé depuis le dépôt de la plainte. Un laps de temps de dix-sept ans est sans doute considérable, mais le Conseil n'en est pas le moindre responsable. Comme ce n’est pas une tâche agréable de rechercher les causes qui ont contribué à un si long retard, nous avons choisi de nous abstenir de faire cet exercice.

Néanmoins, l’écoulement d’une période aussi longue ne peut pas être un motif pour absoudre les intimés du procès. Elle doit atteindre son aboutissement logique. Les tribunaux ne peuvent pas se permettre de traiter à la légère les affaires impliquant la pollution de l’air et de l’eau. Le message doit être adressé à toutes les personnes concernées. Les tribunaux partageront les préoccupations parlementaires quant au niveau croissant de pollution de notre environnement. Ceux qui rejettent des effluents polluants nocifs dans les cours d'eau peuvent ne pas se soucier de l'énormité des dommages qu'ils causent à la santé publique en général, des dommages irréparables qu'ils causent aux organismes aquatiques, des effets délétères qu'ils imposent sur la vie et la santé des animaux. Les tribunaux ne devraient donc pas traiter les poursuites pour infractions à la Loi de manière informelle ou routinière. La préoccupation du Parlement en la matière se reflète de manière adéquate dans le renforcement des mesures prescrites par la loi. Le tribunal n’a aucune raison d’ignorer la gravité du sujet.
Nous ne sommes donc pas enclins à accéder à l’argument avancé par Shri Chidambaram en invoquant l’expiration d’une longue période. Bien entendu, ce long laps de temps constitue une bonne raison pour accélérer le procès. Les cartes sont désormais claires et le tribunal de première instance peut donc procéder à un rythme plus rapide et à une vitesse accélérée.

Si l'un des accusés demande à être dispensé de sa présence personnelle au tribunal, après sa première comparution, le tribunal de première instance peut le dispenser de continuer à comparaître devant le tribunal en lui imposant toute condition qu'il juge appropriée. Ces conditions peuvent inclure, entre autres, qu'un avocat le représentant soit présent lorsque l'affaire est appelée, qu'il ne conteste pas son identité en tant qu'accusé particulier dans l'affaire et qu'il soit présent au tribunal lorsque cette présence est requise. impérativement nécessaire.

Sous réserve des observations ci-dessus, nous annulons le jugement attaqué de la Haute Cour ainsi que l'ordonnance de la Sessions Court. Nous ordonnons au tribunal de première instance de poursuivre l'affaire conformément à la loi et d'en disposer le plus rapidement possible.