MC Mehta c. Union of India, WP 3727/1985 (1988.01.12) (Affaire Tanneries : Kanpur)

Nuisance

MC Mehta

v.

Union de l'Inde et autres

12 janvier 1988

RAPPORTS DE LA COUR SUPRÊME [1988] 2 RCS 530

[ES VENKATARAMIAH ET KN SINGH. J.J.]

Dans l'affaire. contrôle, prévention et réduction de la pollution de l'eau du Gange à Kanpur, UP Responsabilité de l'organisme municipal à cet égard.

Jugement:

VENKATARAMIAH, J.

1. Par notre jugement daté du 22 septembre 1987 dans l'affaire MC Mehta c. Union of India & Others, [1987] 4 CSC 463, nous avons émis certaines directives concernant les industries dans lesquelles le commerce du tannage était exercé à Jajmau, près de Kanpur sur les rives du fleuve Ganga. A cette occasion, nous avons ordonné que l'affaire concernant les organismes municipaux et les industries responsables de la pollution de l'eau du fleuve Ganga soit examinée à la prochaine date d'audience. C'est pourquoi nous avons examiné en premier lieu le procès contre les organes municipaux. Puisqu'il a été constaté que Kanpur était l'une des plus grandes villes situées sur les rives du fleuve Ganga, nous avons examiné le cas de Kanpur Nagar Mahapalika.

2. Le Kanpur Nagar Mahapalika est créé en vertu des dispositions de l'Uttar Pradesh Nagar Mahapalika Adhiniyam, 1959 (ci-après dénommé « l'Adhiniyam »). Le paragraphe (3) de l'article 1 de l'Adhiniyam, qui se trouve dans son 1er chapitre, prévoit que le 1er chapitre de l'Adhiniyam entrera en vigueur immédiatement et que les autres dispositions relatives à une ville entreront en vigueur. à compter de la date que le gouvernement de l'État peut, par notification au Journal officiel, désigner en ce nom et des dates différentes peuvent être fixées pour différentes dispositions. Dans l'exercice des pouvoirs conférés par ladite sous-section et dans le prolongement d'une notification du 28 septembre 1959 mettant en vigueur les sections 579 et 580 de l'Adhiniyam, le gouverneur de l'Uttar Pradesh a eu le plaisir d'émettre une notification en date du 18 janvier 1960. fixant le 1er février 1960 comme date à laquelle les dispositions restantes de l'Adhiniyam et les trois annexes qui y sont annexées entreraient en vigueur en ce qui concerne les villes de Kanpur, Allahabad, Varanasi, Agra et Lucknow, telles que constituées en vertu section 3 de l'Adhiniyam. Les devoirs et pouvoirs des autorités Mahapalika et Mahapalika sont définis au chapitre V de l'Adhiniyam. Les clauses (iii), (vii) et (viii) de l'article 114 de l'Adhiniyam, qui incorpore les devoirs obligatoires du Mahapalika, se lisent comme suit :

« 114. Devoirs obligatoires du Mahapalika. Il incombe au Mahapalika de prendre des dispositions raisonnables et adéquates, par tout moyen ou mesure qu'il est légalement compétent d'utiliser ou de prendre, pour chacune des questions suivantes, à savoir : …

(iii) la collecte et l'élimination des eaux usées, des matières nocives et des déchets, ainsi que leur traitement et leur élimination, y compris l'établissement et l'entretien d'une ferme ou d'une usine ; …

(vii) la gestion et l'entretien de tous les ouvrages hydrauliques de Mahapalika et la construction ou l'acquisition de nouveaux ouvrages nécessaires à un approvisionnement suffisant en eau pour les besoins publics et privés ; …

(viii) protéger contre la pollution l'eau utilisée pour la consommation humaine et empêcher que l'eau polluée soit utilisée à cette fin ; …

Les articles 251, 388, 396, 297, 398, 405 et 407 de l'Adhiniyam se lisent comme suit :

« 251. Mise à disposition de moyens d'évacuation des eaux usées. Le Mukhya Nagar Adhikari peut, aux fins de recevoir, traiter, stocker, désinfecter, distribuer ou autrement éliminer les eaux usées, construire tout ouvrage à l'intérieur ou à l'extérieur de la ville ou acheter ou prendre en location tout terrain, bâtiment, moteur, matériel ou appareil soit à l'intérieur ou à l'extérieur de la Ville ou conclure un accord avec toute personne pour une période n'excédant pas vingt ans pour l'évacuation ou l'élimination des eaux usées à l'intérieur ou à l'extérieur de la Ville….

388. Des dispositions peuvent être prises par Mukhya Nagar Adhikari pour la collecte, etc., de matières excrémentives et polluées (1) Le Mukhya Nagar Adhikari peut donner un avis public de son intention de fournir, dans la partie de la ville qu'il peut spécifier, pour la collecte, l'enlèvement et l'élimination par l'agence Mahapalika de toutes les matières excrémentives et polluées provenant des toilettes, des urinoirs et des puisards, et il sera alors du devoir du Mukhya Nagar Adhikari de prendre des mesures pour la collecte, l'élimination et l'élimination quotidiennes de cette matière de tous les locaux situés dans telle partie de la ville.

(2) Dans toute partie mentionnée au paragraphe (1) et dans tout local, où qu'il se trouve, dans lequel se trouvent des toilettes ou des toilettes reliées à un drain mahapalika, il ne sera pas légal, sauf avec le autorisation écrite du Mukhya Nagar Adhikari, pour toute personne qui n'est pas employée par ou au nom du Mukhya Nagar Adhikari pour s'acquitter de l'une des fonctions de charognards…

396. Enlèvement des carcasses d'animaux morts — (1) Il incombe au Mukhya Nagar Adhikari de pourvoir à l'enlèvement des carcasses de tous les animaux mourant dans la ville.

(2) L'occupant de tout local dans ou sur lequel un animal mourra ou dans ou sur lequel la carcasse d'un animal sera trouvée, et la personne ayant la charge de tout animal qui meurt dans la rue ou dans tout lieu ouvert, doit, dans les trois heures suivant la mort de cet animal ou, si le décès survient la nuit dans les trois heures après le lever du soleil, signaler la mort de cet animal au bureau le plus proche du département de santé de Mahapalika.

(3) Pour chaque carcasse enlevée par l'agence mahapalika, que ce soit dans des locaux privés ou dans une rue ou un lieu public, des frais pour l'enlèvement du montant qui sera fixé par le Mukhya Nagar Adhikari seront payés par le propriétaire de l'animal, ou, si le propriétaire n'est pas connu, par l'occupant des lieux dans lesquels ou sur lesquels, ou par la personne à la charge de laquelle ledit animal est mort.

397. Interdiction des cultures, de l'emploi du fumier ou de l'irrigation préjudiciables à la santé. Si le directeur des services médicaux et de santé ou le chirurgien civil ou le Nagar Swasthya Adhikari certifie que la culture de toute sorte de cultures ou l'utilisation de tout type de fumier ou l'irrigation des terres de toute manière spécifiée :

(a) dans un endroit situé dans les limites d'une ville est préjudiciable ou facilite des pratiques préjudiciables à la santé des personnes habitant le quartier, ou (b) dans un endroit situé à l'intérieur ou au-delà des limites d'une ville est susceptible de contaminer le l'approvisionnement en eau de cette ville ou la rendre autrement impropre à la consommation, le Mukhya Nagar Adhikari peut, par avis public, interdire la culture d'une telle culture, l'utilisation d'un tel fumier ou l'utilisation de la méthode d'irrigation ainsi signalée comme étant préjudiciable, ou imposer à cet égard des conditions susceptibles d'empêcher la blessure ou la contamination :

Étant entendu que lorsque, sur une terre pour laquelle un tel avis est émis, l'acte interdit a été pratiqué dans le cours normal de l'agriculture pendant les cinq années successives précédant immédiatement la date de l'interdiction, une compensation sera versée sur le Fonds Mahapalika à tous. les personnes qui y sont intéressées pour les dommages que leur a causés cette interdiction.

398. Pouvoir d'obliger les propriétaires à éliminer la végétation nuisible. Le Mukhya Nagar Adhikari peut, par avis, exiger du propriétaire ou de l'occupant de tout terrain qu'il déblaye et enlève toute végétation ou sous-bois qui pourrait être préjudiciable à la santé ou offensant le voisinage…

405. Pouvoir d'exiger l'élimination des nuisances résultant des réservoirs, etc. Le Mukhya Nagar Adhikari peut, par avis, exiger du propriétaire ou de l'occupant de tout terrain ou bâtiment qu'il nettoie, répare, couvre, remplisse ou draine un puits, un réservoir, un réservoir privé. , piscine, dépression ou excavation à l'intérieur qui peut sembler au Mukhya Nagar Adhikari comme étant préjudiciable à la santé ou offensant pour le quartier :

À condition que le propriétaire ou l'occupant puisse exiger du Mukhya Nagar Adhikari qu'il acquière aux frais du Mahapalika ou fournisse de toute autre manière, tout terrain ou droit foncier nécessaire aux fins d'effectuer le drainage ordonné en vertu du présent article.

407. Tout lieu peut à tout moment être inspecté afin de prévenir la propagation de maladies dangereuses. Le Mukhya Nagar Adhikari peut à tout moment, de jour comme de nuit [sic], sans préavis ou après avoir donné un tel avis de son intention qui, dans les circonstances, lui semble raisonnable, inspecter tout endroit dans lequel une maladie dangereuse est présente. réputée ou suspectée d'exister, et prendre toutes les mesures qu'il jugera appropriées pour empêcher la propagation de ladite maladie au-delà de cet endroit.

3. Les dispositions ci-dessus traitent des devoirs spécifiques du Nagar Mahapalika ou du Mukhya Nagar Adhikari nommés sous l'Adhiniyam en ce qui concerne l'évacuation des eaux usées et la protection de l'environnement dans ou autour de la ville à laquelle l'Adhiniyam s'applique. Il existe des dispositions presque similaires dans les articles 7, 189, 191 et d'autres dispositions de la loi de 1916 sur les municipalités de l'Uttar Pradesh qui s'appliquent aux organismes municipaux plus petits. La loi de 1975 sur l'approvisionnement en eau et l'assainissement de l'Uttar Pradesh impose des obligations statutaires aux autorités qui y sont mentionnées concernant l'approvisionnement en eau des villes et villages et la construction de systèmes d'égouts dans celles-ci. La lecture de ces dispositions dans les lois régissant les organismes locaux montre que les Nagar Mahapalikas et les Minicipal Boards sont les premiers responsables du maintien de la propreté dans les zones sous leur juridiction et de la protection de leur environnement. Dans le jugement que nous avons rendu le 22 septembre 1987, nous avons brièvement fait référence à la loi de 1974 sur l'eau (prévention et contrôle de la pollution) (loi n° 6 de 1974) (ci-après dénommée « la loi sur l'eau ») dans quelles dispositions ont été prises pour la création de conseils pour la prévention et le contrôle de la pollution de l'eau, pour conférer et attribuer à ces conseils des pouvoirs et des fonctions s'y rapportant et pour les questions qui s'y rapportent. Dans la loi sur l'eau, les expressions « pollution », « effluents d'égouts », « égouts », « cours d'eau » et « effluents commerciaux » sont définies comme suit :

« 2 Définitions dans la présente loi, à moins que le contexte ne l'exige autrement -…

e) "pollution": une telle contamination de l'eau ou une telle altération des propriétés physiques, chimiques ou biologiques de l'eau ou un tel rejet d'eaux usées ou d'effluents de ruissellement ou de toute autre substance liquide, gazeuse ou solide dans l'eau (qu'elle soit directement ou indirectement) qui peut ou est susceptible de créer une nuisance ou de rendre cette eau nocive ou préjudiciable à la santé ou à la sécurité publiques, ou à des usages domestiques, commerciaux, industriels, agricoles ou autres usages légitimes, ou à la vie et à la santé des animaux ou plantes ou d'organismes aquatiques; …

g) «effluents d'eaux usées», les effluents provenant de tout système d'égouts ou de tout ouvrage d'évacuation des eaux usées, y compris les eaux usées provenant des égouts à ciel ouvert; gg) «égout», tout conduit ou canal, ouvert ou fermé, transportant des eaux usées ou des effluents commerciaux; …

(j) « flux » comprend :

(i) rivière; (ii) cours d'eau (qu'il coule ou soit momentanément sec) ; (iii) les eaux intérieures (qu'elles soient naturelles ou artificielles) ; (iv) les eaux souterraines ; (v) les eaux de mer ou de marée dans la mesure ou, selon le cas, jusqu'au point que l'État peut, par notification au Journal officiel, préciser à cet effet ; k) « effluent commercial » comprend toute substance liquide, gazeuse ou solide rejetée par tout local utilisé pour l'exercice d'un commerce ou d'une industrie, autre que les eaux usées domestiques. »

4. Les articles 3 et 4 de la loi sur l'eau prévoient respectivement la constitution du Conseil central et des conseils d'État. Un conseil d'État a été constitué en vertu de l'article 4 de la loi sur l'eau dans l'État de l'Uttar Pradesh. L'article 16 de la loi sur l'eau définit les fonctions du Conseil central et l'article 17 de la loi sur l'eau définit les fonctions du Conseil d'État. Les fonctions du Conseil central sont essentiellement de caractère consultatif et de surveillance. Le Conseil central est également chargé de conseiller le gouvernement central sur toute question concernant la prévention et le contrôle de la pollution de l'eau et de coordonner les activités des conseils d'État. Le Conseil central est également tenu de fournir une assistance technique et des conseils aux conseils d'État, de mener et de parrainer des enquêtes et des recherches relatives aux problèmes de pollution de l'eau et à la prévention, au contrôle ou à la réduction de la pollution de l'eau. Les fonctions du Conseil d'État sont plus complètes. En plus de conseiller le gouvernement de l'État sur toute question concernant la prévention, le contrôle ou la réduction de la pollution de l'eau, le Conseil d'État est tenu, entre autres choses (i) de planifier un programme complet pour la prévention, le contrôle ou la réduction de la pollution des cours d'eau et puits dans l'État et en assurer l'exécution, (ii) collecter et diffuser des informations relatives à la pollution de l'eau et à sa prévention, son contrôle ou sa réduction ; (iii) encourager, mener et participer à des enquêtes et des recherches liées aux problèmes de pollution de l'eau et à la prévention, au contrôle ou à la réduction de la pollution de l'eau ; (iv) inspecter les eaux usées ou les effluents commerciaux, les ouvrages et installations de traitement des eaux usées et les effluents commerciaux ; (v) examiner les plans, devis ou autres données relatifs aux usines établies pour le traitement de l'eau, aux ouvrages destinés à leur épuration et au système d'évacuation des eaux usées ou des effluents commerciaux ou en relation avec l'octroi de tout consentement requis par la loi sur l'eau; (vi) développer des méthodes économiques et fiables de traitement des eaux usées et des effluents commerciaux, compte tenu des conditions particulières des sols, du climat et des ressources en eau des différentes régions et plus particulièrement des caractéristiques dominantes de l'écoulement de l'eau dans les ruisseaux et les puits qui rendent cette opération impossible. atteindre même le degré minimum de dilution ; et (vii) établir des normes de traitement des eaux usées et des effluents commerciaux à rejeter dans un cours d'eau particulier, en tenant compte de la dilution minimale par beau temps disponible dans ce cours d'eau et des limites de tolérance de pollution autorisées dans l'eau du cours d'eau, après la rejet de ces effluents. Le Conseil d'État s'est vu attribuer certains pouvoirs exécutifs pour mettre en œuvre les dispositions de la loi sur l'eau. Les articles 20, 21 et 23 de la loi sur l'eau confèrent au Conseil d'État le pouvoir d'obtenir les informations nécessaires à l'application des dispositions de la loi sur l'eau, de prélever des échantillons d'effluents, de les analyser et de suivre la procédure prescrite à cet égard et le pouvoir d’entrée et d’inspection aux fins de faire respecter les dispositions de la loi sur l’eau. L'article 24 de la loi sur l'eau interdit l'utilisation d'un ruisseau ou d'un puits pour l'élimination de matières polluantes, etc., contrairement aux dispositions incorporées dans cet article. L'article 32 de la loi sur l'eau confère au Conseil d'État le pouvoir de prendre certaines mesures d'urgence en cas de pollution d'un cours d'eau ou d'un puits. Lorsqu'elle craint que l'eau d'un cours d'eau ou d'un puits soit susceptible d'être polluée en raison de l'élimination de toute matière qui s'y trouve ou de toute élimination probable de toute matière qui s'y trouve, ou autrement, la Commission peut, en vertu de l'article 33 de la La loi sur l'eau demande à un tribunal non inférieur à celui d'un magistrat de la présidence ou d'un magistrat de première classe d'empêcher la personne susceptible de causer une telle pollution de le faire.

5. La loi de 1986 sur l'environnement (protection), qui a également été mentionnée dans un jugement antérieur, contient également certaines dispositions relatives au contrôle, à la prévention et à la réduction de la pollution de l'eau et une disposition importante de cette loi est celle-ci : est contenue dans l'article 17 de celle-ci, qui dispose que lorsqu'une infraction à cette loi est commise par un département du gouvernement, le chef de ce département est considéré comme coupable de l'infraction et est passible d'une punition.

6. Il est regrettable que, bien que le Parlement et l'Assemblée législative de l'État aient adopté les lois susmentionnées imposant des obligations aux conseils centraux et d'État et aux municipalités en matière de prévention et de contrôle de la pollution de l'eau, bon nombre de ces dispositions sont restées sur papier sans aucune mesure adéquate. étant prises en vertu de celle-ci. Après le dépôt de la requête ci-dessus et l'envoi d'un avis au Conseil d'État de l'Uttar Pradesh constitué en vertu de la loi sur l'eau, un affidavit a été déposé devant cette Cour par le Dr GN Misra, responsable scientifique du Conseil de contrôle de la pollution de l'UP, exposant les informations que le Le Conseil a pu recueillir des informations sur les mesures prises par les différents organismes locaux ainsi que par le Conseil de contrôle de la pollution de l'UP afin de prévenir la pollution de l'eau qui coule dans le fleuve Ganga. Une copie du rapport relatif à l'inspection effectuée à Kanpur les 23.11.87/24.11.87 par Shri Tanzar Ullah Khan, ingénieur adjoint en environnement et Shri AK Tiwari, ingénieur junior, jointe au contre-affidavit comme pièce K-5, se lit comme suit :

« L'inspection effectuée le 23.11.87/24.1.87 [sic] avec Sri AK Tiwari, ingénieur junior. Voici les faits observés au moment de l'inspection.

1. La ville de Kanpur est située sur la rive sud du Gange.

2. La population actuelle de la ville est d'environ 20 lacs.

3. La ville est alimentée en eau courante.

4. La ville s'est développée entre le Gange au nord et le Pandu au sud. GT Road divise la ville en deux moitiés.

Du côté nord, la majeure partie de la zone est couverte par un système d'égouts et les eaux usées sont évacuées sans traitement dans le Gange par 17 nalas, y compris un canal de dérivation des égouts à Jajmau.

Du côté sud, il n'y a pas de système d'égouts et les eaux usées/eaux usées sont évacuées sans traitement dans la rivière Pandu par 5 nalas. La rivière Pandu rejoint le Gange près de Fatehpur (croquis ci-joint).

5. La mahapalika de Kanpur Nagar n'a encore soumis aucune proposition de travaux de traitement des eaux usées au Conseil.

6. M. Ikramur Rahman, AE Nagar Mahapalika a déclaré que la ville de Kanpur était couverte par le plan d'action du Ganga et que voici les propositions :

(A) Jal Nigam

(1) Remodelage de la station de pompage des eaux usées à Jajmau et amélioration de la station d'épuration.

(2) Tapotement de Nala.

(3) Usine de traitement des eaux usées.

(B) Kanpur Jal Sansthan (1) Nettoyage des égouts principaux et principaux.

(C) Le projet d'ingénierie environnementale et sanitaire intégrée est en cours d'exécution dans le cadre de l'assistance néerlandaise dans la région de Jajmau.

(1) Programme d'urgence (visant à éliminer les déficiences des installations sanitaires existantes)

(2) Pose d'égouts industriels.

(3) Station d’épuration de l’UASB.

Sd/- Sd/-
(AK TIWARI) (TANZAR ULLAH KHAN)
JE ASSTT. INGÉNIEUR ENVIRONNEMENTAL."

L'annexe A/1 du « Plan d'action pour la prévention de la pollution du Gange » donne les détails suivants concernant la quantité d'eaux usées générées dans la ville de Kanpur qui est déversée dans le fleuve Ganga et d'autres questions pertinentes :

KANPUR Population en 1981 Approvisionnement en eau estimé en 1981 Eaux usées estimées générées (70% de l'approvisionnement en eau de la ville) Traitement 16,39 lacs 392,14 millions de litres par jour 274,50 millions de litres par jour
Néant On constate ainsi que 274,50 millions de litres d'eaux usées par jour sont déversés dans le fleuve Ganga depuis la ville de Kanpur, qui est la plus élevée de l'État de l'Uttar Pradesh et juste après la ville de Calcutta qui déverse 580,17 millions de litres. une journée d'eaux usées dans le fleuve Ganga. Le paragraphe 4 de l'affidavit déposé par Shri Jai Shanker Tewari, ingénieur exécutif de Kanpur Nagar Mahapalika, se lit ainsi :

« 4. La pollution du fleuve Ganga depuis Kanpur se produit pour les raisons suivantes :

(i) Environ 16 nalas collectant les eaux usées, les eaux usées, les déchets textiles, les déchets des centrales électriques et les effluents des tanneries étaient déversés sans aucun traitement dans la rivière. Cependant, certains Nalas sont désormais piégés.

(ii) Les laiteries situées dans la ville ont un cheptel bovin d'environ 80 000 têtes. Les excréments, les déchets de fourrage et autres déchets de cette population de bétail sont quantitativement supérieurs aux sultages de la ville avec une population humaine de plus de 20 lakhs. Tout cela se retrouve dans le système d'égouts et dans les nalas pendant la saison des pluies. Il a également totalement obstrué de nombreux branchements d'égouts et de collecteurs, entraînant le débordement du système.

(iii) Les terres de nuit collectées dans les zones non-égouttées de la ville et jetées dans les nalas.

(iv) Il existe plus de 80 tanneries à Jajmau dont les effluents étaient autrefois directement rejetés dans la rivière.

(v) L'approvisionnement total en eau de Kanpur est d'environ 55 millions de gallons par jour. Après utilisation, la majeure partie est rejetée dans les égouts, les canalisations et les égouts ; les eaux usées sont acheminées vers la station de pompage des eaux usées de Jajmau et une partie est fournie aux fermes d'épuration après dilution avec de l'eau brute du Gange et la partie restante est déversée dans la rivière.

(vi) Dhobi Ghâts.

(vii) Défécation par les sections économiquement plus faibles.

7. L'affidavit indique en outre que l'UP Jal Nigam, l'UP Water Pollution Control Board, le National Environmental Engineering Research Institute, le Central Leather Research Institute, le Kanpur Nagar Mahapalika, la Kanpur Development Authority et le Kanpur Jal Sansthan ont commencé à prendre des mesures. minimiser la pollution du fleuve Ganga. Il y est également indiqué que l'assistance financière est fournie par l'Autorité centrale du Ganga par l'intermédiaire de la Direction du projet Ganga, du gouvernement de l'État, de la Banque mondiale, du gouvernement néerlandais, etc., pour la mise en œuvre desdites mesures. Cet affidavit donne des informations sur les nombreux travaux entrepris à Kanpur pour minimiser la pollution du fleuve Ganga. Il indique également que Rs. 493,63 lacs ont été dépensés pour ces travaux entre les années 1985 et 1987 et que l'allocation totale de fonds par l'Autorité centrale du Gange pour Kanpur est de Rs. 3694,94 lacs et que jusqu'à la fin de l'exercice en cours, il il est proposé de dépenser Rs.785,58 lacs (1985 à 1987-88) pour divers projets à réaliser dans le cadre du plan d'action Ganga. L'affidavit souligne que dans la ville de Kanpur, le nettoyage des égouts n'a jamais été effectué de manière systématique et planifiée, sauf que certains égouts ont été nettoyés par l'UP Jal Nigam vers 1970. Les principales raisons de ce mal-
le fonctionnement et l'étouffement des égouts de la ville, selon l'affidavit, sont (i) le rejet ou le rejet de solides, vêtements, plastiques, métaux, etc. dans le système d'égouts ; (ii) le rejet de bouse de vache provenant des laiteries qui sont situées dans chaque quartier de la ville et qui comptent environ 80 000 bovins ; (iii) la pose d'égouts sous-dimensionnés notamment dans les colonies de travail ; (iv) le rejet des déchets solides et du malba issus de la construction des bâtiments dans les égouts par des regards ; (v) l'indisponibilité des équipements mécaniques pour les travaux de curage des égouts ; et (vi) le manque de fonds pour un entretien adéquat. On affirme que le rejet des effluents non traités dans le fleuve Ganga sera arrêté jusqu'à 80% d'ici mars 1988.

8. Shri MC Mehta, le pétitionnaire ici, a attiré notre attention sur le rapport d'avancement du plan d'action sur le Gange (juillet 1986-janvier 1987) préparé par le Centre de recherche en toxicologie industrielle, Conseil de la recherche scientifique et industrielle. À la page 20 dudit rapport, les détails de l'analyse des échantillons d'eau du Gange collectés entre août 1986 et janvier 1987 dans la région de l'Uttar Pradesh sont fournis. Ce rapport montre que la pollution de l’eau du fleuve Ganga est la plus élevée à Kanpur. Les échantillons d'eau du Gange prélevés à Kanpur montrent que l'eau du fleuve Ganga à Kanpur était composée de 29 200 unités (mg/ml) de fer au mois d'août 1986, alors que la limite ISI pour l'eau du fleuve est de 0,3 et 0,900 (mg/ml). ) de manganèse alors que la limite OMS de manganèse pour l'eau potable est de 0,05. Le rapport d'avancement pour la période allant de février 1987 à juin 1987 de la surveillance intensive au niveau micro du Ganga dans le cadre du plan d'action du Ganga décrit ainsi les échantillons d'eau prélevés dans le fleuve Ganga à Kanpur :

« Les valeurs de DBO (demande biologique en oxygène) s'avèrent supérieures aux valeurs prescrites de l'ISICOD (demande chimique en oxygène). Ces valeurs indiquent clairement que l'eau de la rivière n'est pas potable, ni à la pêche ni à la baignade.

Le tableau II montre en outre que les bactéries coliformes totaux et coliformes fécaux sont toujours très élevées. Cela est dû au rejet d’une grande quantité de déchets municipaux non traités dans le fleuve Ganga. Ces valeurs élevées de bactéries indiquent que l’eau n’est pas propre à la consommation, à la baignade et à la pêche.

9. Pour améliorer la qualité de l'eau à Ganga, tous les nullahs devraient être piégés immédiatement et l'eau brute devrait être traitée de manière conventionnelle dans les usines d'adduction d'eau et désinfectée par chloration.
(souligné par nos soins)

Dans la dernière partie dudit rapport d'avancement, il est indiqué ainsi : « Le Gange est extrêmement pollué à Kanpur. Tous les nullahs rejettent les eaux usées polluées dans le fleuve Ganga. Mais Jajmau par le canal de passage, Sismau, Muir Mill, Golf Club et Gupta Ghat nullahs rejettent d'énormes quantités d'eaux usées polluées. Pour améliorer la qualité de l'eau de Ganga, tous les principaux nullahs devraient être détournés et traités. Un traitement combiné devrait être prévu pour les tanneries de Jajmau. Des usines de traitement des effluents devraient être installées par toutes les principales industries polluantes.

9. Il va sans dire que dans les pays tropicaux en développement, une grande partie de la misère, des maladies et des décès dus aux maladies infectieuses proviennent de l'approvisionnement en eau. Dans les Commentaires de Lall sur les lois sur la pollution de l'eau et de l'air (2e édition), aux pages 331 et 333, il est observé ainsi :

« Sous les tropiques, nous ne pouvons pas avoir une vision limitée en toute sécurité. Les maladies d'origine hydrique comme le paludisme, la schistosomiase, le ver de Guinée et la fièvre jaune sont soit de terribles fléaux, soit des menaces pour de nombreuses populations tropicales. Les risques liés à une eau mauvaise sont donc bien plus grands. La pauvreté est bien plus grave dans de nombreuses régions tropicales ; Dans les zones rurales où vivent la plupart des gens et aux abords des villes, qui sont les communautés à la croissance la plus rapide, la plupart des gens ne peuvent pas se permettre un approvisionnement en eau de qualité conventionnelle à l'heure actuelle, et le choix à court terme pourrait être entre ne rien faire et fournir approvisionnement quelque peu amélioré. Si un système d’eau idéal n’est pas possible, il existe des options quant aux besoins qui devraient être satisfaits par des améliorations partielles. Pour prendre les bonnes décisions, nous avons à nouveau besoin d’une vue d’ensemble des maladies liées à l’eau. Ainsi, en raison de ces deux caractéristiques tropicales, chaleur et pauvreté, une vision plus large que dans les terres tempérées est nécessaire. (p.331) … Maladies d'origine hydrique : Les maladies d'origine hydrique classiques sont dues à des organismes hautement infectieux dont un petit nombre seulement est nécessaire. infecter quelqu'un, par rapport aux niveaux de pollution qui se produisent facilement. Les deux principales maladies ont une mortalité élevée si elles ne sont pas traitées et sont des maladies auxquelles une communauté a hâte d'échapper : la typhoïde et le choléra. Tous deux sont des organismes relativement fragiles dont le seul réservoir est l’homme.

10. Ces deux maladies surviennent de manière plus dramatique sous la forme d'une « épidémie de source commune où un approvisionnement en eau communautaire est contaminé par les excréments d'une personne souffrant ou porteuse de l'une de ces infections ». De nombreuses personnes boivent de l’eau et plusieurs d’entre elles tombent malades à peu près au même moment.

11. La typhoïde est la plus cosmopolite des infections classiques d’origine hydrique. Chez l'homme, il produit une forte fièvre sévère avec des symptômes systémiques, plus qu'intestinaux. Les bactéries sont ingérées et très peu suffisent à infecter. Le patient typhoïde est généralement trop malade pour sortir en polluant l’eau et n’est pas contagieux avant de tomber malade. Cependant, une petite proportion de ceux qui guérissent cliniquement continuent à transmettre la bactérie typhoïde dans leurs selles pendant des mois ou des années ; ces porteurs sont à l'origine d'infections d'origine hydrique. Les calculs biliaires prédisposent à l’état de porteur car les bactéries persistent dans la vésicule biliaire enflammée. Sous les tropiques, les lésions vésicales de Schistosoma haematobium agissent également comme foyer d'infection, produisant des porteurs urinaires de typhoïde, tandis que la schistosomiase rectale associée à la typhoïde entraîne une fièvre sévère et persistante durant plusieurs mois. Les bactéries typhoïdes survivent bien dans l’eau mais ne s’y multiplient pas.

12. Le choléra ressemble à certains égards à la typhoïde, mais ses bactéries responsables sont plus fragiles et son évolution clinique est extrêmement dramatique. Dans le choléra classique, l'apparition de la diarrhée est soudaine et son volume immense, de sorte que la victime non traitée a une forte probabilité de mourir de déshydratation dans les 24 heures ou un peu plus.
Plusieurs autres infections sont d'origine hydrique mais moins importantes que la typhoïde et le choléra. La leptospirose, due à un spirochète, a son réservoir chez les rongeurs sauvages qui polluent l'eau. Leptospis peut pénétrer dans la peau tout en étant ingéré. Ils produisent une jaunisse et de la fièvre, appelée maladie de Weil, qui est grave mais peu courante.

13. L'ampleur des souffrances que les membres du public sont susceptibles de subir en utilisant de l'eau hautement polluée peut être facilement déterminée à partir de l'extrait ci-dessus.

14. Dans le livre intitulé « Pollution de l'eau et élimination des eaux usées sur terre » (1983) de UN Mahida. ISE (Retraité) le problème de la pollution de l'eau, les avantages du contrôle de la pollution et l'urgence du problème ont été traités. Aux pages 1,2,4 et 5 dudit livre on observe ainsi :

« Tant que la population humaine était petite et que les communautés étaient dispersées sur de vastes étendues de terre, l'élimination des déchets humains ne posait aucun problème. Les gens pourraient déféquer dans les zones entourant les villages et autres habitations et laisser à la nature le soin d'éliminer les déchets par assimilation dans la terre et l'air environnants. Mais à mesure que les communautés se concentraient et que les villages et les villes se développaient, ce mode d'élimination par des agents naturels a été remplacé par un élimination organisée, mais là encore par l'intermédiaire des terres naturelles et des colonnes de sol. De nombreuses villes ont eu recours à la collecte des excréments humains et à leur élimination dans des tranchées en terre et ont adopté le système des toilettes à paniers.

15. L'introduction d'un système d'égouts aqueux a créé de nouveaux problèmes dans l'élimination des déchets humains, comme aujourd'hui, parallèlement au problème antérieur de l'élimination des déchets solides, c'est-à-dire des excréments humains, le problème de l'élimination de l'eau utilisée il fallait faire face à l'élimination des déchets humains. Ce fut l'origine du problème de l'évacuation des eaux usées. Au début, l’instinct naturel était de canaliser les eaux usées et les eaux sales vers les ruisseaux et rivières naturels. Pendant un certain temps, ce mode d'élimination a même été considéré comme très efficace. De telles méthodes n’ont pas posé de difficultés car les rejets d’eaux usées étaient faibles par rapport au débit du cours d’eau. Mais avec l'augmentation progressive des rejets d'eaux usées, les cours d'eau pollués sont devenus une menace sérieuse pour la santé publique.

16. NATURE DU PROBLEME L'introduction de systèmes modernes de transport d'eau a transféré l'évacuation des eaux usées des rues et des environs des townships vers les ruisseaux et rivières voisins. Ce fut le début du problème de la pollution de l’eau. Il est ironique que l’homme, depuis les temps les plus reculés, ait eu tendance à jeter ses déchets dans les ruisseaux et les rivières mêmes d’où provient la majeure partie de son eau potable. Jusqu'à tout récemment, cela ne constituait pas vraiment un problème, mais avec l'urbanisation et l'industrialisation rapides, le problème de la pollution des eaux naturelles atteint des proportions alarmantes.

17. La caractéristique la plus inquiétante de ce mode d'élimination est que ceux qui polluent l'eau sont rarement ceux qui en souffrent. Les villes et les industries rejettent leurs eaux usées non traitées ou partiellement traitées et leurs eaux usées industrielles dans les cours d'eau voisins et éliminent ainsi les déchets de leur propre quartier. Mais ce faisant, ils créent une pollution intense dans les ruisseaux et les rivières et exposent la population riveraine en aval à des conditions dangereusement insalubres. En plus du prélèvement d'eau pour les villes en aval, dans de nombreux pays en développement, de nombreux villages et populations agricoles riveraines dépendent généralement des ruisseaux et des rivières pour l'eau potable pour eux-mêmes et leur bétail, pour la cuisine, le bain, la lessive et de nombreux autres usages. C'est donc la population riveraine qui a particulièrement besoin d'être protégée contre la menace croissante de la pollution de l'eau. (pages 1 et 2)…

18. AVANTAGES DU CONTROLE Les avantages qui résultent de la prévention de la pollution de l'eau comprennent une amélioration générale du niveau de santé de la population, la possibilité de restaurer les eaux des cours d'eau à leur état bénéfique initial et de les rendre aptes à servir de sources d'approvisionnement en eau, et le maintien d'un environnement propre et sain qui offrirait alors des installations de loisirs attrayantes. De telles mesures permettraient également de restaurer les poissons et autres formes de vie aquatique.

19. Outre le fait qu'elle constitue une menace pour la santé, l'eau polluée réduit considérablement les ressources en eau d'un pays. Étant donné que la quantité totale d'eau utilisable d'un pays reste essentiellement la même et que la demande en eau ne cesse d'augmenter, les programmes de prévention de la pollution de l'eau devraient, autant que possible, faire le meilleur usage des eaux usées traitées, soit dans l'industrie, soit dans l'agriculture. Très souvent, ces processus peuvent également apporter d’autres avantages que la simple réutilisation. L'épandage d'effluents sur les terres agricoles fournit non seulement l'eau indispensable à la croissance des cultures, mais également des ingrédients de fumier ; la récupération d'ingrédients commercialement précieux lors du traitement des eaux usées industrielles donne souvent des résultats en-
produits qui peuvent dans une certaine mesure compenser le coût du traitement.

20. Si des crédits financiers appropriés pouvaient être calculés pour ces avantages et d'autres avantages accessoires, il apparaîtrait que les mesures de prévention de la pollution ne sont pas indûment coûteuses et sont à la portée de toutes les nations, avancées ou en développement. Il est heureux que les gens deviennent plus réceptifs à l’idée de partager le fardeau financier de la réduction de la pollution. Il est désormais reconnu dans la plupart des pays qu'il est de la responsabilité des industries de traiter leurs déchets commerciaux de manière à ce qu'ils ne détériorent pas la qualité des eaux réceptrices, ce qui rendrait autrement l'utilisation de ces eaux polluées très difficile ou coûteuse pour les entreprises. colons en aval.

21. URGENCE DU PROBLEME La question cruciale n'est pas de savoir si les pays en développement peuvent se permettre de prendre de telles mesures pour lutter contre la pollution de l'eau, mais plutôt de savoir s'ils peuvent se permettre de les négliger. L’importance de cette dernière solution est soulignée par le fait qu’en l’absence de mesures adéquates pour prévenir ou contrôler la pollution de l’eau, un pays se retrouverait finalement confronté à des charges bien plus lourdes pour garantir un approvisionnement en eau saine et adéquat à différentes fins. Si les pays en développement s'engagent dans des politiques appropriées de prévention de la pollution dès les premiers stades de leur industrialisation, ils pourront éviter les erreurs coûteuses commises dans le passé par de nombreux pays développés. Il est toutefois regrettable que l'importance de lutter contre la pollution ne soit généralement prise en compte que lorsque des dégâts considérables ont déjà été causés ; (Pages 3 et 4) »

22. En common law, la Corporation municipale peut être restreinte par injonction dans une action intentée par un propriétaire réparateur qui a souffert à cause de la pollution de l'eau d'une rivière causée par la Corporation par déversement dans la rivière insuffisamment traitée. eaux usées de rejeter ces eaux usées dans la rivière. Dans Pride of Derby and Derbyshire Angling Association v. British Celanese Ltd., [1953] Chancery 149, le deuxième défendeur, la Derby Corporation, a admis qu'elle avait pollué la pêcherie du demandeur dans la rivière Derwent en y déversant des eaux usées insuffisamment traitées, mais a affirmé qu'en vertu du Derby Corporation Act, 1901, elle était tenue de fournir un système d'égouts et que le système qui avait été mis en place en conséquence était devenu inadéquat uniquement en raison de l'augmentation de la population de Derby. La Cour d'appel a jugé qu'il n'était pas inévitable que l'ouvrage construit en vertu de la loi de 1901 provoque une nuisance et qu'en aucun cas la loi relative à sa véritable construction n'autorisait la commission d'une nuisance. Le requérant dans le cas qui nous occupe n'est sans doute pas un propriétaire riverain. Il s'agit d'une personne soucieuse de protéger la vie des personnes qui utilisent l'eau qui coule dans le fleuve Ganga et son droit de maintenir la pétition ne peut être contesté. La nuisance causée par la pollution du fleuve Ganga est une nuisance publique, très répandue et dont les effets sont aveugles et il ne serait pas raisonnable de s'attendre à ce qu'une personne en particulier engage des procédures pour y mettre fin, contrairement à la communauté dans son ensemble. . La pétition a été considérée comme un litige d’intérêt public. Compte tenu des faits et des circonstances de l'affaire, nous sommes d'avis que le requérant a le droit de demander à cette Cour de faire appliquer les dispositions législatives qui imposent des obligations aux autorités municipales et aux conseils constitués en vertu de la Loi sur l'eau. Nous avons déjà exposé les dispositions pertinentes de la loi qui imposent ces obligations aux autorités concernées. En raison du non-respect des obligations légales depuis plusieurs années, l'eau du Gange à Kanpur est devenue tellement polluée qu'elle ne peut plus être utilisée par la population ni pour la boisson ni pour se baigner. Le Nagar Mahapalika de Kanpur porte la principale responsabilité dans la pollution de la rivière près de la ville de Kanpur.

23. Il ne fait aucun doute que la construction de certains ouvrages a été entreprise dans le cadre du Plan d'action Ganga à Kanpur afin d'améliorer le système d'égouts et de prévenir la pollution de l'eau du fleuve Ganga. Mais comme le montre la déclaration sous serment déposée au nom des autorités concernées dans cette affaire, les travaux avancent à pas de tortue. Il ressort des déclarations sous serment déposées au nom du Kanpur Nagar Mahapalika que certaines dates cibles ont été fixées pour l'achèvement des travaux déjà entrepris. Nous attendons des autorités concernées qu'elles achèvent ces travaux dans les délais mentionnés dans le contre-affidavit et qu'elles ne retardent pas l'achèvement des travaux au-delà de ces dates. Il convient toutefois de noter que Kanpur Nagar Mahapalika n'a pas encore soumis ses propositions de travaux de traitement des eaux usées au Conseil d'État constitué en vertu de la loi sur l'eau. Le Kanpur Nagar Mahapalika devrait soumettre ses propositions au Conseil d'État dans les six mois à compter d'aujourd'hui.

24. On constate qu'il existe à Kanpur un grand nombre de laiteries abritant environ 80 000 bovins. Le Kanpur Nagar Mahapalika devrait prendre des mesures en vertu des dispositions de l'Adhiniyam ou des règlements pertinents pris en vertu de celui-ci pour prévenir la pollution de l'eau du fleuve Ganga en raison des déchets accumulés dans les laiteries. Le Kanpur Nagar Mahapalika peut soit ordonner que les laiteries soient déplacées vers un endroit en dehors de la ville afin que les déchets accumulés dans les laiteries n'atteignent pas finalement le fleuve Ganga, soit, alternativement, il peut organiser l'élimination de ces déchets en employant des véhicules à moteur. de transporter ces déchets des laiteries existantes dans lesquelles même les propriétaires des laiteries ne peuvent prétendre à aucune compensation. Le Kanpur Nagar Mahapalika devrait immédiatement prendre des mesures pour empêcher la collecte du fumier dans les fosses à fumier privées de la ville.

25. Le Kanpur Nagar Mahapalika devrait prendre des mesures immédiates pour augmenter la taille des égouts dans les colonies de travail afin que les eaux usées puissent être acheminées sans problème à travers le système d'égouts. Partout où la conduite d’égout n’est pas encore construite, des mesures doivent être prises pour la poser.

26. Des mesures immédiates devraient également être prises par Kanpur Nagar Mahapalika pour construire un nombre suffisant de latrines et d'urinoirs publics à l'usage des pauvres afin d'empêcher ceux-ci de déféquer à l'air libre. La proposition de percevoir des frais pour l'utilisation de ces latrines et urinoirs doit être abandonnée car cela constituerait une raison pour laquelle les pauvres n'utilisent pas les latrines et urinoirs publics. Le coût de l'entretien de la propreté de ces latrines et urinoirs doit être supporté par le Kanpur Nagar Mahapalika.

27. Il nous est présenté que chaque fois que l'Office constitué en vertu de la loi sur l'eau engage une procédure visant à poursuivre en justice des industriels ou d'autres personnes qui polluent l'eau du fleuve Ganga, les personnes accusées des infractions intentent immédiatement des requêtes en vertu de l'article 482 du Code de l'eau. Procédure pénale, 1973 devant la Haute Cour et obtenir des ordonnances de suspension, contrecarrant ainsi la tentative du Conseil de faire appliquer les dispositions de la loi sur l'eau. Ils ne nous ont présenté les faits d’aucun cas particulier. Nous estimons cependant que, étant donné que le problème de la pollution de l'eau du fleuve Ganga est devenu très aigu, les Hautes Cours ne devraient normalement pas accorder d'ordonnances de suspension des procédures pénales dans de tels cas et même si une telle ordonnance de suspension est Dans toute affaire extraordinaire, les Hautes Cours devraient statuer sur l'affaire dans un court délai, disons environ deux mois, à compter de la date d'introduction de cette affaire. Nous demandons aux Hautes Cours de saisir l'audience de toutes les affaires dans lesquelles de telles ordonnances ont été émises en vertu de l'article 482 du Code de procédure pénale de 1973, suspendant les poursuites en vertu de la loi sur l'eau dans un délai de deux mois. Le conseil du Conseil constitué en vertu de la loi sur l'eau fournira une liste de ces cas au greffier de la Haute Cour concernée pour que les mesures appropriées soient prises à leur sujet.

28. Un autre aspect sur lequel notre attention a été attirée est la pratique consistant à jeter des cadavres ou des cadavres à moitié brûlés dans le fleuve Ganga. Il faut immédiatement mettre un terme à cette pratique. La coopération de la population et de la police devrait être recherchée pour faire respecter cette restriction. Des mesures seront prises par le Kanpur Nagar Mahapalika et les autorités de police pour garantir que les cadavres ou les corps à moitié brûlés ne soient pas jetés dans le fleuve Ganga.

29. Chaque fois que des demandes de licences pour créer de nouvelles industries seront présentées à l'avenir, ces demandes seront refusées à moins que des dispositions adéquates n'aient été prises pour le traitement des effluents commerciaux sortant des usines. Des mesures immédiates devraient être prises contre les industries existantes si elles sont reconnues responsables de la pollution de l'eau. Compte tenu des graves conséquences de la pollution de l'eau et de l'air et de la nécessité de protéger et d'améliorer l'environnement naturel, qui est considérée comme l'un des devoirs fondamentaux de la Constitution [voir la clause (g) de l'article 51A de la Constitution], nous sont d'avis qu'il est du devoir du gouvernement central d'ordonner à tous les établissements d'enseignement dans toute l'Inde d'enseigner au moins une heure par semaine des cours relatifs à la protection et à l'amélioration de l'environnement naturel, y compris les forêts, les lacs, les rivières et la vie sauvage dans les dix premières classes. Le gouvernement central se procurera des manuels scolaires rédigés à cet effet et les distribuera gratuitement aux établissements d'enseignement. Les enfants devraient être sensibilisés à la nécessité de maintenir la propreté, en commençant par la propreté de la maison, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, et celle des rues dans lesquelles ils vivent. Un environnement propre conduit à un corps et un esprit sains. La formation des enseignants qui enseignent cette matière par l'introduction de cours de courte durée pour une telle formation sera également envisagée. Cela devrait être fait dans toute l’Inde.

30. Afin de sensibiliser la population à la propreté de l'environnement, le Gouvernement indien et les gouvernements de l'État et des territoires de l'Union pourraient envisager l'opportunité d'organiser une semaine « Gardez la ville propre » (Nagar Nirmalikarana Saptaha). Semaine de la propreté de la ville (Pura Nirmalikarana Saptaha) et semaine de la propreté du village (Grama Nirmalikarana Saptaha) dans chaque ville et village de l'Inde au moins une fois par an. Durant cette semaine, la ville ou le village tout entier doit être maintenu autant que possible propre, rangé et exempt de pollution du sol, de l'eau et de l'air. L'organisation de la semaine doit être confiée aux Nagar Mahapalikas, aux corporations municipales, aux municipalités de ville, aux panchayats de village ou à toute autre autorité locale ayant juridiction sur la zone en question. Si les autorités décident d'organiser une telle semaine, elle pourrait ne pas être célébrée la même semaine dans toute l'Inde, mais pourrait être échelonnée en fonction des commodités de chaque ville, village ou village. Au cours de cette semaine, tous les citoyens, y compris les membres de l'exécutif, les membres du Parlement, des législatures des États et les membres du pouvoir judiciaire, peuvent être invités à coopérer avec les autorités locales et à participer aux célébrations en rendant un service personnel gratuit. Cela créerait sûrement une prise de conscience nationale des problèmes auxquels la population est confrontée en raison de la terrible détérioration généralisée de l'environnement à laquelle nous assistons aujourd'hui. Nous demandons au ministère de l'Environnement du gouvernement indien d'examiner sérieusement la suggestion ci-dessus.

31. Ce que nous avons déclaré ci-dessus s'applique mutatis mutandis à tous les autres Mahapalikas et municipalités qui ont juridiction sur les zones traversées par le fleuve Ganga. Des copies de ce jugement seront envoyées à tous ces Mahapalikas et municipalités. L'affaire contre les Nagar Mahapalikas et les municipalités de l'État de l'Uttar Pradesh sera ajournée de six mois. Pendant ce temps, tous les Nagar Mahapalikas et les municipalités de l'État de l'Uttar Pradesh dans les zones traversées par le fleuve Ganga doivent déposer des affidavits devant cette Cour expliquant les différentes mesures qu'ils ont prises pour prévenir la pollution de l'eau du fleuve Ganga à la lumière du jugement ci-dessus. L'affaire contre plusieurs industries de l'État d'Uttar Pradesh situées sur les rives du fleuve Ganga sera entendue le 9 février 1988.

SL
Pétition rejetée.