Sentence SU698/17 (affaire Arroyo Bruno), Cour constitutionnelle de Colombie

Économie Service d'écosystème
Populations indigènes
Exploitation minière Mine de charbon
Ressources en eau Rivières

Des représentants des communautés indigènes Wayuu ont présenté des plaintes constitutionnelles contre les autorités gouvernementales et une société minière (Cerrejón) pour avoir menacé leurs droits fondamentaux à l'eau, à l'alimentation et à la santé en détournant une section de 3 kilomètres d'un ruisseau (Arroyo Bruno) afin d'étendre le charbon. opérations minières dans une région aride du département de La Guajira en Colombie. La Cour a suspendu les activités liées au projet de dérivation des cours d'eau jusqu'à ce que les différentes ordonnances soient respectées par un groupe de travail interinstitutionnel créé judiciairement, expliquant que, bien que les premières opérations d'extraction de charbon aient été autorisées en 1983, cela les rend ainsi que les modifications ultérieures (y compris la modification proposée pour étendre les opérations en détournant Arroyo Bruno) exempté du cadre juridique actuel exigeant et régissant l'évaluation de l'impact environnemental (conformément au cadre juridique transitoire envisagé dans la loi 99 de 1993), les impacts du projet de détournement de cours d'eau n'ont pas été suffisamment évaluée pour garantir les droits des communautés affectées à l’eau, à l’alimentation et à la santé. Considérations 5.1.3 et 5.2.5.

La Cour constitutionnelle de Colombie a déterminé qu'il existe plusieurs incertitudes concernant les impacts sociaux et environnementaux du projet de dérivation des cours d'eau et les menaces potentielles qu'ils représentent pour les droits des communautés affectées à l'eau, à la sécurité alimentaire et à la santé en raison de l'incapacité des autorités à identifier ou estimer adéquatement les variables pertinentes avant d’autoriser le projet de détournement de cours d’eau. Considérations 5.1.3 et 5.1.4.  

Parmi la catégorie qu'elle a qualifiée de « conditions contextuelles », la Cour a énuméré quatre variables qui auraient dû être prises en compte lors de l'évaluation de la viabilité du projet de dérivation de cours d'eau : (1) les caractéristiques et les conditions des écosystèmes dans lesquels le projet est proposé ; (2) les effets du changement climatique dans le département de La Guajira et les écosystèmes spécifiques du bassin versant de la rivière Ranchería (qui contient Arroyo Bruno) ; (3) les effets cumulatifs des projets passés, présents et futurs, notamment ceux affectant les plans d'eau du Département ; et (4) les conditions géomorphologiques qui sous-tendent les lits de cours d'eau originaux/naturels et nouveaux/artificiels. Considération 5.1.3. Voir également la considération 5.4.

Parmi la catégorie de variables qu’elle a qualifiée de « services écosystémiques », la Cour a expliqué que l’analyse d’impact environnemental devrait considérer, le plus largement possible, l’ensemble de la gamme des services directs et indirects, «y compris les services de régulation, de stabilisation et de maintenance, comme la régulation du climat et la protection contre les sécheresses et les inondations, prestation de services, comme la fourniture de biomasse pour les cultures et le bétail et l’eau pour la consommation humaine et l’énergie, et les services culturels, qui permettent, par exemple, le tourisme, la recherche scientifique et les activités religieuses. Considérant 5.1.3 (traduction non officielle, soulignement original). La Cour a déterminé que les études d’impact environnemental « ont sous-estimé tous ces avantages et n’ont pas pris en compte spécifiquement la manière dont chacun d’entre eux serait impacté par le projet ». Identifiant. (traduction non officielle). Voir également la considération 5.5.

Parmi la troisième et dernière catégorie de variables non adéquatement abordées avant d'autoriser le projet de détournement de cours d'eau, « liées aux impacts environnementaux des modifications qui seront causées par le détournement », la Cour a souligné trois modifications : « (1) le détournement des eaux de surface vers un canal dépourvu de forêt riveraine qui servait traditionnellement à protéger la ressource en eau de l'évapotranspiration ; (2) détourner les eaux de surface vers un canal ayant une composition géomorphologique différente et dépourvu des aquifères qui les alimentaient auparavant ; et (3) détourner les eaux de surface vers un canal de plus grande largeur, favorisant l’évapotranspiration, ainsi qu’un meilleur drainage du cours d’eau en aval, réduisant le volume en amont. Considérant 5.1.3 (traduction non officielle). Voir également la considération 5.6.

En raison de l'incapacité des autorités à identifier ou estimer correctement ces variables avant d'autoriser le projet de dérivation du cours d'eau, la Cour a déterminé qu'il existe plusieurs incertitudes techniques qui menacent les droits à l'eau, à l'alimentation et à la santé des communautés qui dépendent du bassin versant d'Arroyo Bruno et les services écosystémiques qu’il fournit répondent à leurs besoins. Considérations 5.1.4 et 5.7.1. 

Recognizing the Arroyo Bruno watershed provides important services, such as generating potable water for human consumption, and also recognizing the reduction and fragmentation of the riparian forest and vegetation will consequently reduce communities’ access to forest resources and edible plants, the Court explained that:

The greatest services that the stream provides to the communities . . . are related to the regulation and maintenance of environmental conditions, among them those associated with the control and regularization of the climate, humidity, and the composition of the atmosphere and the soil, all of which could be affected by the removal of the forest and the re-accommodation of the surface waters of the stream, …  [T]he presence of the forest and the river, and the maintenance of the watershed, make possible the agriculture and husbandry upon which the non-mining-dependent communities are dependent, therefore, an impact in this regard could imply a threat to carrying out these activities and, thus, [the communities’] own food security.

Consideration 5.7.3 (unofficial translation).

Accordingly, the Court concluded that “the existence of these uncertainties about the environmental viability of the project to divert Arroyo Bruno constitutes a concrete, certain and direct threat to the rights to water, health, and food security and sovereignty of the communities dependent upon Arroyo Bruno.”  Consideration 5.7.4 (unofficial translation). 

À la lumière de cette conclusion, la Cour a confirmé l'injonction d'un tribunal inférieur suspendant les activités liées au projet de dérivation du cours d'eau jusqu'à ce que les ordonnances suivantes soient respectées par un groupe de travail interinstitutionnel créé judiciairement et composé d'acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux : (1) garantir la participation audit Groupe de travail des acteurs de la société civile et académiques intervenus dans les procédures judiciaires ; 2° identifier et évaluer les incertitudes liées au projet de détournement de cours d'eau afin d'établir les mesures qui devraient être adoptées; (3) dans le mois suivant la notification de cette sentence, élaborer un calendrier détaillé des activités à réaliser, ainsi que l'acteur spécifique chargé de réaliser chaque activité, afin d'identifier et d'évaluer les incertitudes liées au flux- projet de détournement; (4) si le groupe de travail détermine que le projet de dérivation de cours d'eau est écologiquement viable, intégrer les conclusions résultant de son étude technique des incertitudes dans le plan de gestion intégrale de Cerrejón afin que Cerrejón adopte des mesures pour prévenir, atténuer, contrôler, compenser et corriger les problèmes environnementaux et impacts sociaux. Considérations 5.8.3-5.8.7.

La Cour a ordonné au Bureau national du Médiateur, au Bureau de la responsabilité gouvernementale et au Bureau du procureur général de superviser le respect des ordonnances de la Cour. Considération 5.8.8.

La Cour a également autorisé le Groupe de travail à ordonner le rétablissement de l'écoulement des eaux de surface de l'Arroyo Bruno jusqu'à son lit naturel pendant la réalisation de l'étude technique des incertitudes, si le Groupe de travail l'estime nécessaire afin de préserver l'intégrité du rivière au regard du principe de précaution. Considération 5.8.5.

Concernant l’ordonnance visant à garantir la participation au groupe de travail, la Cour a expliqué :

La Cour estime que l'intervention des communautés autochtones dans le débat constitutionnel n'a pas pour seul objet de garantir leur droit à la participation, car elle est également instrumentale dans l'objectif de déterminer les effets ambiants du projet de destruction de l'arroyo, en tenant compte du connaissance ancestrale de l'environnement naturel, par partie de ces groupes.

Nous pouvons bien sûr annoncer l'intervention des instances techniques et universitaires qui sont intégrées au processus judiciaire, ces éléments alimentant un débat qui a lieu avant l'intervention de l'action de tutelle qui aboutit à un résultat, à moins du point de vue ambiant. …

De cette façon, la Cour considère que la participation de ces instances est indispensable pour garantir l’existence d’un débat authentique ouvert, largement et divers sur la viabilité ambiante de l’arroyo, qui en ce qui concerne une vision unidimensionnelle de la problématique. C'est pourquoi la Mesa Interinstitutionnelle doit participer à la participation des communautés aux questions les plus impliquées dans le processus judiciaire, afin qu'elles participent activement au débat qui doit être structuré à l'intérieur des zones incertaines ambiantes identifiées dans ce processus judiciaire.

Considération 5.8.3.