Sentence T-614/19 (Cerrejón)

Sentencia T-614 de 2019, Sala Novena de Revisión de la Corte Constitucional, 16 décembre 2019, disponible en espagnol sur https://www.corteconstitucional.gov.co/relatoria/2019/T-614-19.htm

 

Deux femmes indigènes (une en son nom et en représentation de son enfant en bas âge) de la réserve indigène Wayúu « Provincial » ont poursuivi la société minière Carbones de Cerrejón (« Cerrejón ») et plusieurs autorités gouvernementales au motif que les effets des activités d’exploitation du charbon menaçaient leurs droits. Les juridictions inférieures ont rejeté leur action en justice, mais la Cour constitutionnelle a annulé les décisions des juridictions inférieures et accordé la protection de leurs droits fondamentaux à la santé et à un environnement sain (ainsi que ceux des autres membres de la réserve Provincial).

 

La Cour constitutionnelle a ordonné à Cerrejón de contrôler ses émissions de particules de manière à ce qu'en un mois, elles ne dépassent pas 25 µg / m3 -moyenne quotidienne- et 10 µg / m3 -moyenne mensuelle- de particules fines (PM 2,5), ni 50 µg / m3 - moyenne quotidienne - et 20 µg / m3 - moyenne mensuelle - de particules grossières (PM 10), jusqu'à ce que l'entreprise, la communauté et le ministère de l'Environnement et du Développement durable « s'accordent sur une norme de qualité de l'air pour la Réserve Indigène Provincial qui tienne compte des particularités des opérations d'extraction de charbon à ciel ouvert et de la protection effective des droits fondamentaux de la communauté des plaignants. » Résolution 3.

 

La Cour a ordonné à Cerrejón de mettre en œuvre les « mesures transitoires urgentes » suivantes dans un délai d'un mois: (1) nettoyage de la poussière de charbon sur les maisons de la réserve ainsi que dans les puits d'eau utilisés par les membres de la réserve et la végétation environnante; (2) réduction du bruit à l’intérieur de la réserve de sorte qu’il ne dépasse pas 65 décibels le jour et 55 décibels la nuit; (3) élimination de la pollution de l'eau causée par le ruissellement de la mine et d'autres zones utilisées par l'entreprise; et (4) mesures accrues pour prévenir et répondre aux incendies à moins de cinq kilomètres de la réserve.

 

La Cour a ordonné aux autorités gouvernementales de créer, dans un délai d'un mois, une commission technique avec les objectifs suivants : (1) déterminer les facteurs de risque de l'exploitation minière qui affectent la communauté; et (2) identifier des alternatives pour prévenir, atténuer et corriger « de manière définitive » ces risques à court, moyen et long terme. La Commission créera des espaces de dialogue avec la communauté et demandera l'avis de plusieurs entités académiques spécifiées. Le Bureau du Médiateur (« Defensoría del Pueblo ») est responsable de la Commission et définit un calendrier et une stratégie détaillée pour atteindre les objectifs de la Commission dans un délai d'un an, date à laquelle il transmet ses conclusions à la communauté, à la société, et à l'Agence de Consultation Préalable du Ministère de l'Intérieur afin qu'ils puissent déterminer « les mesures définitives à mettre en œuvre conformément aux processus de consultation préalable et / ou de consentement préalable libre et éclairé ». Résolution Cinq.

 

La Cour a ordonné aux autorités gouvernementales de mettre en œuvre, dans un délai de quatre mois, un système indépendant pour mesurer la qualité de l'air (y compris les PM2,5 et les compositions chimiques périodiques) dans la Réserve Indigène Provincial et la qualité des sources d'eau qui l'approvisionnent. Ce système doit garantir un suivi constant des résultats, qui doivent être accessibles au public (de préférence au moyen d'une plateforme en temps réel). Le système doit émettre des signaux d'alarme à la communauté et à l'entreprise lorsque les niveaux de pollution admissibles sont dépassés afin que l'entreprise puisse prendre d'urgence les mesures correctives appropriées. Une équipe technique impartiale et spécialisée supervisera le système.

 

La Cour a ordonné aux autorités gouvernementales de procéder à un contrôle strict et efficace des opérations minières « de manière à ce que leurs efforts de contrôle environnemental ne se concentrent pas uniquement sur la vérification du respect des valeurs limites de concentration et / ou des mesures établies dans les instruments administratifs régissant les opérations de l'entreprise. Au contraire, ils examineront en profondeur et sur la base de différents éléments de preuve, si des impacts environnementaux et sanitaires continuent d'être générés dans les communautés environnantes, auquel cas ils exerceront leurs pouvoirs de contrôle et de discipline de manière appropriée [.] » Résolution Sept. En cas de non-respect, les autorités pourront suspendre les opérations minières à moins de cinq kilomètres de la communauté. Les membres de la communauté doivent disposer de mécanismes pour déposer des plaintes, participer au contrôle des opérations et maintenir un dialogue continu et de bonne foi avec les entités concernées.

 

La Cour a ordonné au Ministère de l'Environnement et du Développement durable de réglementer, dans un délai de trois mois, les niveaux admissibles de vibrations causées par les explosions, notamment dans les zones résidentielles.

 

La Cour a ordonné au Ministère de la Santé et de la Protection sociale de créer, dans un délai de deux mois, une brigade sanitaire afin de : (1) évaluer la santé des membres de la Réserve Indigène Provincial; (2) développer un profil épidémiologique de la communauté; et (3) informer la Commission technique et les prestataires de services de santé concernés de ses résultats. Le Ministère de la Santé et de la Protection sociale doit concevoir, dans un délai de deux mois, un protocole de prise en charge et d'enregistrement des maladies potentiellement liées aux activités minières à utiliser par les prestataires de services de santé concernés. Les données issues de ce protocole seront également transmises à la commission technique.

 

La Cour a ordonné aux autorités gouvernementales de garantir aux membres de Provincial l'accès à un minimum d'eau potable suffisant pour couvrir leurs besoins personnels et domestiques.

 

La Cour a ordonné à Cerrejón de traduire cette phrase en anglais afin de la partager avec le siège de ses propriétaires Anglo American, BHP Billiton et Glencore « afin qu'ils puissent évaluer la nécessité d'adopter des mesures supplémentaires [.] » Résolution Quatorze.

File Attachments: 
Date of the Resource: 
2019
Countries and Regions: Amérique du Sud Colombie
Resource Type: Jurisprudence
Resource Topic: Energie Centrales au charbon et au gaz Exploitation minière Mines de charbon
Content for Websites: 
Coal 
ELAW