Montana Environmental Information Center c. Haaland, CV n° 19-130-BLG-SPW-TJC (D. Mont) (2 février 2022)

Centre d'information environnementale du Montana c.Haaland, CV n° 19-130-BLG-SPW-TJC (D. Mont)(2 février 2022)(Conclusions et recommandation du juge d'instance)(« Conclusions et recommandation »); CV n° CV 19-130-BLG-SPW (D. Mont)(30 septembre 2022)(Ordonnance adoptant les conclusions et la recommandation du juge d'instance)(« Ordonnance »). 

En 2019, l'Office of Surface Mining (OSM) a approuvé un projet d'agrandissement de la mine Rosebud, une mine de charbon à ciel ouvert dans le sud-est du Montana. La mine est exploitée depuis 1968 et fournit du charbon à la centrale électrique de Colstrip, adjacente à la mine. Pour produire de l'électricité, la centrale électrique puise l'eau de la rivière Yellowstone et consomme entre 22 000 et 50 000 acres d'eau par an. Conclusions et recommandations, p. 3. L'exploitant de la mine cherchait à ajouter 6 500 acres supplémentaires à la mine, ce qui produirait environ 70,8 millions de tonnes de charbon sur une période de huit ans. Identifiant.

Une coalition d'organisations environnementales a contesté la décision d'OSM, alléguant que l'étude d'impact environnemental (EIE) préparée pour l'agrandissement de la mine ne prévoyait pas une gamme raisonnable d'alternatives et n'avait pas pris en compte adéquatement : 1) les impacts cumulatifs de l'agrandissement de la mine sur les eaux de surface ; 2) les impacts négatifs des émissions de gaz à effet de serre ; et 3) les effets du prélèvement d'eau de la rivière Yellowstone. Les organisations ont également allégué que l'agence n'avait pas correctement suivi les exigences de la loi sur les espèces en voie de disparition, conçues pour protéger une espèce de poisson en voie de disparition. Conclusions et recommandations, p. 4.

Un juge d'instance a fourni les premières conclusions dans l'affaire, partageant en partie l'opinion des plaignants selon laquelle l'EIS était inadéquate et recommandant que la décision de l'OSM soit renvoyée à l'agence sans vacatur. Conclusions et recommandations, pp. 36-38. Le magistrat n'a pas obtenu gain de cause dans le cadre de la loi sur les espèces en voie de disparition. Après examen, le tribunal fédéral de district a adopté en partie les conclusions et recommandations juridiques du magistrat et les a rejetées en partie, comme décrit ci-dessous. Le tribunal de district a adopté dans leur intégralité les conclusions factuelles du juge d'instance. Ordonnance, p. 7.

Impacts cumulatifs

Sur la question de l’analyse des impacts cumulatifs, le tribunal de district a déclaré que l’EIE manquait d’analyse « quantifiée ou détaillée » de l’expansion de la mine. L’EIE énumérait simplement plusieurs actions en plus de l’exploitation minière qui affecteraient cumulativement les eaux de surface et concluait vaguement en quelques phrases que ces actions entraîneraient « des impacts cumulatifs négatifs à court et à long terme sur la qualité des eaux de surface. . . cela irait du mineur au majeur. Ordonnance, p. 15 (citant l’EIE pour l’agrandissement de la mine). Le tribunal de district a rejeté l'argument des intervenants de l'industrie selon lequel l'EIE fournissait de nombreuses informations sur les impacts cumulatifs dans d'autres sections du rapport. Selon le tribunal, demander aux membres du public de reconstituer différentes sections de l’EIE pour tirer des conclusions sur les impacts cumulatifs sur les eaux de surface « contrevient au cœur d’une EIE, qui est de favoriser à la fois une prise de décision éclairée et une participation publique éclairée. » Id., p. 17 (citations internes supprimées). Le tribunal de district a également déclaré qu'une évaluation de l'impact hydrologique cumulatif (CHIA) préparée par un organisme d'État ne pouvait pas être intégrée ou hiérarchisée à l'EIE d'expansion de la mine parce que l'ÉCHI avait été publiée après l'EIE et n'avait jamais été mise à la disposition du public pour commentaires. Id., p. 19-20. 

Les émissions de gaz à effet de serre

Les plaignants alléguaient qu'OSM avait présenté une analyse socio-économique biaisée des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la mine en vantant les avantages de l'expansion en termes d'emplois et de revenus sans tenir compte des coûts. Les plaignants ont critiqué le refus d'OSM d'utiliser le protocole du coût social du carbone (SCC) pour quantifier les coûts associés aux émissions de GES liées à la poursuite de l'exploitation minière. Conclusions et recommandations, pp. 19-20.

Le tribunal de district a souscrit à cette affirmation, expliquant que si une agence choisit de décrire les avantages socio-économiques d’une proposition, « elle doit également quantifier les coûts, ou proposer des raisons non arbitraires pour sa décision de ne pas le faire ». Ordonnance, p. 22. Le tribunal de district a refusé d’ordonner à OSM d’utiliser une méthodologie particulière, telle que le protocole SCC, mais a rappelé à l’agence « son obligation de fournir une analyse scientifique précise et de haute qualité sur les coûts économiques des GES [dus à l’expansion de la mine]. » Id., p. 26. 

Effets du prélèvement d'eau

L'EIE pour la proposition d'agrandissement de la mine de charbon de Rosebud a négligé de prendre en compte les impacts indirects des prélèvements d'eau de la rivière Yellowstone pour la production d'électricité à la centrale électrique de Colstrip, qui utilise le charbon de la mine. OSM a soutenu qu'elle n'était pas tenue d'analyser cette question parce qu'elle « dépassait la portée » des impacts associés à l'agrandissement de la mine Rosebud. Le tribunal de district a pleinement adopté les conclusions du magistrat selon lesquelles OSM aurait dû considérer les prélèvements d'eau comme un impact indirect prévisible de l'extraction du charbon. Le magistrat a expliqué que les opérations de la mine et de la centrale électrique sont « intimement liées » et que les prélèvements d'eau nécessaires à la production d'électricité à la centrale de Colstrip auront lieu si la mine est agrandie pour produire davantage de charbon. Conclusions et recommandations, pp. 25-26. Pour cette raison, OSM aurait dû évaluer les impacts des prélèvements d’eau sur la rivière Yellowstone, mais n’a fourni aucune justification ni analyse motivée pour expliquer pourquoi elle ne l’a pas fait. Id., p. 26. Le magistrat a rejeté un certain nombre d'arguments supplémentaires soulevés par les intervenants, notamment selon lequel les prélèvements d'eau continueraient à avoir lieu même si l'exploitation minière s'arrêtait parce que l'usine fonctionnerait avec du charbon provenant d'autres sources. Le magistrat a estimé que cet argument manquait de faits, soulignant que la centrale électrique devrait procéder à des modifications coûteuses et obtenir des permis supplémentaires pour utiliser du charbon provenant d'autres sources. Id., p. 30-31. 

Analyse des alternatives

L'EIE pour l'agrandissement de la mine proposé a examiné trois alternatives : une alternative sans action et deux alternatives d'action avec des niveaux similaires d'exploitation minière et de perturbation de la surface. Conclusions et recommandations, pp. 33-34. Les plaignants ont fait valoir qu’OSM aurait dû envisager une alternative « intermédiaire ». Sur ce point, le tribunal de district est parvenu à une conclusion différente de celle du magistrat. Le tribunal de district a estimé que les deux alternatives d'action étaient essentiellement identiques, ce qui est contraire à l'exigence selon laquelle les agences évaluent toutes les alternatives raisonnables pour éclairer la prise de décision de l'agence et faciliter la participation du public. Ordonnance, pp. 27, 30. Le tribunal a également critiqué l'OSM pour avoir « contourné son obligation d'analyser une alternative intermédiaire qui était en fait réalisable . . . .» Id., p. 33. 

Relief

Le tribunal de district a adopté la recommandation du magistrat tendant à ce que la décision soit renvoyée à l'OSM, sans vacatur, pour la suite de la procédure. Le tribunal a ordonné à OSM de remédier à l’EIS défectueux dans un délai de 19 mois. Ordonnance, p. 35-36. Si l’EIS n’est pas corrigé dans ce délai, il sera annulé.